Grand Prix Concorde II

Malgré la modification du parcours et l'abscence des ascensions de Port Blanc, le GP Concorde II a tenu toutes ses promesses cette année.

Le spectacle a encore été superbe et l'ont a pu assister à une course extrèmement sélective. Les coureurs les plus solides ont réussit à sortir leur épingle du jeu en décrochant de beaux accessits, derrière les deux anciens coureurs professionnels (Dumont et Rinero) intouchables ce 1 er Mai.  

Cliquez ici pour voir le classement

Une centaine de coureurs au départ du GP Concorde II version 2009.

Christophe Cospar en pleine discution.

Régis Maréchaux concentré.

 

Le peloton tout sourire au départ fictif.

Le tour par les montées de Perinette et de Cocoyer fait figure d'échauffement.

Après Cocoyer, un groupe d'une quinzaine d'unités se détache.

 

Les principaux favoris sont la, comme Régis Maréchaux et Fabrice Gene (à droite)

 

Même si l'entente est bonne, certains ont des fourmis dans les jambes.  

 

 Attaud et Dorange de l'ASBM, partis en éclaireurs en début de course se font reprendre. Dorange est victime d'un incident mécanique au pied de Moreau.

 

Dumont sent le danger et rejoint le groupe de tête seul, au pied de Moreau.

 

Régis Maréchaux assure.

 

 Philippe Palmiste, piégé, tente de limiter les dégats, accompagné de Sablon et Arethus.

 

 A contre temps également, Rinero finit par rentrer dans le deuxième tour sur le groupe de tête.

 

Mais repart à l'attaque...

 ...pour rejoindre Dumont qui venait de se faire la belle, seul.

 Pierzga assume ses responsibilités dans le groupe de contre. Flanqué de Gene et Lembo notamment.

 

Derrière on s'accroche...

 

 et on ravitaille !

 Palmiste emmene le groupe des battus.

 Rinero en grande discution...

 

Les deux anciens professionnels se sont isolés au kilomètre 50.

 

 Pierzga lache prise.

 

Lembo et Krys finnissent par partir à la poursuite de Rinero et Dumont.

 Maréchaux, Deliot et Gene menent le contre.

 

 Le duo possède plus de cinqs minutes d'avance à moins de 30 km de l'arrivée.

 

Krys est laché par Lembo. Ce dernier sur une erreur d'aiguillage cède sa 3 e place au Polonais de l'UVN.

Dumont laisse Rinero dans la dernière ascension et s'impose pour la deuxième fois en cinqs jours.

 

Dimitri Deliot décroche une très belle quatrième place.  

 Fabrice Cornélie, fait une belle remontée et termine 9 e.

Classique la plus dure de Guadeloupe, le GP Concorde a encore été rude cette année.